Skip to main content
Public Health

Les dons de sang et de ses composants (globules rouges, plaquettes et plasma) facilitent un large éventail de traitements fondamentaux, qui peuvent sauver des vies. Les transfusions sanguines sont essentielles en cas de traumatismes ou d’intervention chirurgicale majeure, et sont souvent nécessaires dans le traitement du cancer ou de maladies sanguines chroniques et héréditaires telles que la thalassémie.

Les dons de plasma, un composant sanguin, peuvent également être utilisés pour fabriquer des médicaments tels que les immunoglobulines ou les coagulants. La fabrication de ces produits est soumise à la législation pharmaceutique, tandis que le don, la collecte et le contrôle de plasma sont réglementés par la législation sur le sang.

La disponibilité de sang et de composants sanguins dépend de la volonté des citoyens de donner leur sang. La plupart des personnes en bonne santé peuvent donner leur sang.

La Commission européenne finance des actions dans le domaine des substances d’origine humaine, principalement sous la forme de projets ou d’actions conjointes avec des autorités nationales. Ces actions visent à soutenir le mandat de l’UE concernant la qualité et la sécurité, mais peuvent également contribuer à promouvoir d’autres priorités stratégiques, telles que l’amélioration de la disponibilité des substances d’origine humaine et de l’efficacité des systèmes de santé en faveur des dons et de l’approvisionnement.

Infographic - Blood

Législation

Le cadre juridique définissant les normes de qualité et de sécurité pour le sang et ses composants est défini dans la directive 2002/98/CE (directive européenne sur le sang). Il couvre toutes les étapes du processus de transfusion: don, collecte, contrôle, transformation, conservation et distribution.

Pour aider à mettre en œuvre cet acte de base, la Commission européenne a proposé et adopté, en étroite collaboration avec les autorités nationales de l’UE, les actes d’exécution complémentaires suivants:

Les directives 2009/135/CE, 2011/38/UE, 2014/110/UE et 2016/1214 traitent de certaines exigences techniques spécifiques supplémentaires.

Il convient de noter que les pays de l’UE peuvent toujours choisir d’appliquer des règles plus strictes concernant la qualité et la sécurité du sang et des produits sanguins que celles exposées ci-dessus.

À la suite d’une évaluation de la législation de l’UE sur le sang, les tissus et les cellules publiée en 2019, la Commission a proposé une révision de cette législation, qui a été adoptée le 14 juillet 2022.

Coordination

Les autorités nationales compétentes sont chargées de mettre en œuvre la législation de l’UE. La Commission européenne organise régulièrement des réunions avec ces autorités afin de faciliter la communication, d’échanger les bonnes pratiques et de parvenir à une position commune sur l’application des directives.

Des enquêtes périodiques menées par les autorités compétentes permettent à la Commission de rédiger des rapports sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la législation.